Le droit des successions

En l’absence de testament, la succession s’effectue selon les règles légales.

 

La date du décès de la personne, son absence déclarée ou sa disparition ouvrent la succession 

 

La succession est dévolue au conjoint survivant et aux membres de la famille selon un ordre établi par le Code Civil. Le conjoint survivant bénéficie de droits en pleine propriété ou en usufruit selon les membres de la famille avec lesquels il est en concours.

 

Il dispose également en sa qualité de conjoint survivant d’un droit temporaire au logement servant d’habitation principale au moment du décès et d’un droit au logement viager.

Le conjoint survivant peut demander une pension alimentaire qui est due par la succession s’il est dans le besoin.

 

A l’ouverture de la succession, chaque héritier dispose d’une option à 3 choix multiples. Il peut accepter purement et simplement la succession. Il est alors tenu au passif successoral au-delà de la valeur de l’actif.

Il peut accepter à concurrence de l’actif net. Il n’est tenu au passif que dans les limites de l’actif successoral.

 

Pour finir, il peut renoncer à la succession. Il perd tout ses droits sur l’actif successoral sans pour autant être tenu du passif.

 

Toutefois en présence d’un testament, la dévolution se fera selon les dispositions testamentaires sans négliger pour autant les règles d’ordre public.

Cabinet Aurélie Thuegaz  23, rue Henri Barbusse 75005 Paris

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean
  • LinkedIn Clean